HERRLISHEIM (67), village de traditions tourné vers l'Europe
Son Histoire, Sa Vie, Ses Habitants

 

Historique

II faut attendre le développement du christianisme et l'apparition des premiers lieux de culte pour découvrir un nom ressemblant à celui que nous connaissons aujourd'hui. Le 15 février 743, une pieuse chrétienne originaire «d'Hariolfesvilla » lègue la presque totalité de ses biens au couvent de Wissembourg. En 775, un autre testament du même genre mentionne Hariolfeshaim. Notre village doit probablement son nom à Hariolf, un Alsacien qui signe comme témoin un document daté de 780, Villa, mot latin, signifie maison rurale. Hariolfesvilla désigne les terres entourant la propriété d'Hariolf. Quelques années plus tard on retrouve ce toponyme adjoint du suffixe germanique HEIM.

Jusqu'au milieu du 13ème siècle, l'histoire de notre commune demeure plongée dans le silence. C'est en 1251, que le village réapparaît sous le nom de Herlosvesheim, il est la propriété des Landgraves de Basse-Alsace. En 1480, il est transmis aux Comtes de Bitche-Zweibrucken. Le 22 mars 1570, Herrlisheim est intégré au Comté de Hanau-Lichtenberg. En 1736, Herrlisheim passe aux mains des Landgraves de Hesse-Darmstadt.
Puis notre commune subit les aléas de l'histoire. Elle passe sous le régime allemand en mai 1871. Elle connaît le tourment durant la guerre de 1939 - 1945. Dès l'été 1945, la municipalité entame la reconstruction de la commune, et au même moment est introduit un nouveau plan d'urbanisme qui donne à notre village sa configuration actuelle.

Situé à une vingtaine de km au Nord de STRASBOURG et à 15 km à l'Est de HAGUENAU, à 3 km du Rhin et à une altitude de 132 m au dessus du niveau de la mer, le village de HERRLISHEIM est desservi par l'autoroute A 35, le CD 468 et la ligne SNCF Strasbourg-Lauterbourg. Le ban communal recouvre une superficie de 1437 ha dont 160 pour l'agglomération et 12 ha de forêts.

Autrefois le village était à prédominance agricole et artisanale (2151 habitants en 1856, 3890 h. en 1991). Il est devenu un bourg de plus de 4500 habitants tournés vers l'avenir. Sa reconversion a débuté en 1961 avec conjointement, l'implantation de la raffinerie de pétrole (fermée en 1984), la création de la zone industrielle et artisanale du Ried, et la mise en place du grand lotissement de la Zorn.
A partir de 1985, la municipalité a opté pour des équipements modernes : construction d'une Maison des Sports et de la Culture par la rénovation et l'extension du vieux hall de sport, création d'un complexe sportif et de jeux, d'un mur d'escalade, modernisation et agrandissement de la Mairie et réhabilitation de l'Ecole du Pré Fleuri et du Foyer Socioculturel (avec sa superbe salle de cinéma). De nombreux commerces et un supermarché assurrent l'approvisionnement de la population.

Plus de 30 associations sportives ou culturelles animent notre agglomération. Quatre écoles (deux maternelles et deux primaires) et un collège permettent d'assurer l'enseignement.

Pour donner au village un aspect accueillant, un gros effort d'embellissement a été fait : aménagement paysager des rives de l'ancienne Zorn (lieux de promenade très appréciés des petits et des grands), réfection de la place de la Gare, piste cyclable, fleurissement de la place de la Mairie, des ponts, des îlots des entrées, illuminations de la façade de l'église et de son campanile.

La Fontaine du Village
Un rond-point un peu particulier puisque pas rond mais oval


Une place au centre de notre village, où tout le monde passe en voiture, à bicyclette, à cheval et même à pied. Un rond-point un peu particulier puisque pas rond mais oval, qui a dû s'adapter à la géométrie des rues existantes. Il assure la sécurité à ce carrefour où 5 rues se croisent.
L'autre fonction de cette place est une fonction esthétique. De par son architecture, son dessin, ses différents matériaux, ses espaces fleuris, elle embellit indéniablement notre centre et met en valeur les beaux bâtiments qui l'entourent.
Et la fontaine ? Et bien la fontaine apporte un plus à cette place, un point d'attraction pour les habitants de Herrlisheim, un but de promenade les soirs d'été pour y voir ses belles sculptures et ses personnages qui, chacun, ont leur raison d'être. Le lion, le poisson, les chevrons, le fer de lance, les figures de notre blason :

Chevron d'or - Comté de Hanau
Le lion - Comté de Lichtenberg
Le fer de lance - Communauté de Gambsheim
Le poisson - Prévôté d'Offendorf

Toute une partie de notre histoire est rassemblée sur cette fontaine.

 

Herrlisheim, un pays d'eau

Un pays quadrillée de rivière et de bras d'eau, une terre souvent sinistrée par le puissant fleuve, Le Rhin. Les habitants ont de tout temps procédé à des aménagements de cours d'eau pour se protéger des crues fréquentes et dévastatrices. Quelques inondations sont gravées dans les écrits : ainsi la plus ancienne date de 815, suivi de 1480, 1651, 1675, 1740, 1754, 1758, 1802, 1824, 1852, 1876, 1882. Et la plus récente est encore présente dans tous les esprits, 1983.

Le Rhin est à moins d'1 Km à vol d'oiseau. La dernière attaque grave de ce fleuve date de 1882. Les digues construitent lors de la régularisation du fleuve (1843-1845), cédèrent sous la pression des eaux en colères. La Zorn, elle aussi a causé des catastrophes. Pour juguler les débordement de cette rivière, on est amené à construire en 1949 le canal-déversoir du Kleinbach, malheusement insuffisant en 1957-58. La municipalité décide alors de creuser un nouveau fossé plus important et de construire une meilleure écluse.
Lutte contre les eaux de surfaces, mais aussi contre la montée des eaux de profondeur, le "Grundwasse", la nappe phréatique. Autrefois, en période de 'hautes eaux', elles se soulèvaient et envahissaient les caves.

 

Quelques dates
1594: la première école,
1876 : la ligne de chemin de fer,
1885 : fondation de la Caisse du crédit Mutuel
1906 : arrivée de l'électricité,
1955 : l'eau courante,

Herrlisheim autrefois,

Pour la mémoire : 1945

Le 5 Janvier 1944, l'opération NOORDWIND , le 9 janvier 1945, l'évacuation forcée, et le 2 février 1945 , Herrlisheim presque entièrement détruit est libéré.

Textes extraits des bulletins municipaux .
A lire aussi, "Herrlisheim, un village de traditions tourné vers l'Europe" aux Editions COPRUR

Lien vers d'autres sites : herrlisheim.fr.st --- http://www.herrlisheim-bas-rhin.tk/